Conduite de la vigne


 Août

 

Beau terroir de calcaire dans la jeune vigne plantée en 2017 qui va donner sa 1ère récolte.

La sécheresse qui s'est installée depuis la mi-juin a retardé le mûrissement des grappes, malgré la chaleur. Les vendanges seront précoces mais moins que ce qui était envisagé il y a quelques semaines.


Juillet

 

Travail en biodynamie sur certaines parcelles

 

Fin juillet, au moyen d'un pulvérisateur à dos en cuivre, aspersion d'une suspension de silice dans de l'eau dynamisée.

L'utilisation de la silice favorise la photosynthèse et donc, le mûrissement optimum des raisins.


Juin

Images de vignes bien vivantes au-dessus des caves, à Lussault-sur-Loire

 

Ici, la vigne plantée en 2017 se prépare à une première récolte...

... là, la petite plantée l'an dernier et qui a vaillamment résisté à la sécheresse de l'été 2019.

Travail du sol dans l'inter-rang et piochage pour dégager chaque pied de cep et aérer le terrain.


Mai

Travail du sol, pliage des baguettes à Lussault, la jeune vigne se prépare au mieux pour une première année de production.

La végétation se développe bien, la biodiversité est là.

 

Sa petite voisine, plantée en 2019, se prépare pour affronter sa deuxième saison estivale.


Mars

Eco-pâturage du côté de la Bourdaisière. Surprenants hôtes que ces moutons d'Ouessant au milieu de nos vignes !

A la fin de l'hiver, quand l'herbe devient haute, elle contribue à transmettre l'humidité aux ceps et peut accroître le risque de dégâts en cas de gel.

L'éco-pâturage est une complémentarité à l'entretien mécanique ; non seulement c'est une gestion douce et écologique qui limite les excès de pousse mais qui permet aussi de reporter le travail du sol tout en conservant un enherbement bénéfique à la biodiversité. De plus, les déjections animales améliorent la fertilité du terrain !



Hiver 2019-2020

Remplacement de quelques ceps dans la jeune vigne au-dessus de la cave troglodyte. Le gel d'avril puis la canicule et sécheresse de l'été n'ont heureusement pas fait trop de dégâts. Gageons que septembre 2020 verra la 1ère récolte sur ce beau terroir !


juillet 2019

Mardi 9 juillet, plantation d'une parcelle en Chenin au-dessus de notre cave, à Lussault-sur-Loire.

Les greffons ont été préparés à la fin de l'hiver et présentent la vigueur nécessaire pour affronter l'été en pleine terre même si quelques arrosages ont été les bienvenus !

Février 2019

Travail de certaines parcelles au cheval

Ici, la jeune vigne plantée au-dessus de la cave en 2017.

Labour, griffage, buttage, décavaillonnage, le travail des sols au cheval respecte l'environnement et permet un travail doux de haute précision dans chaque rang, limitant la concurrence de l'herbe, réduisant le tassement et favorisant ainsi l'aération des sols.

 

Le terroir est valorisé :

Les racines ne cherchent pas à remonter pour survivre et peuvent au contraire s'enfoncer profondément, permettant l'accès aux divers éléments minéraux et l'expression du terroir qui inclut sol et sous-sol. Cet enracinement permet aussi une meilleure alimentation en eau et la vigne résiste mieux aux périodes sèches.

 

La vie biologique du sol est réactivée :

Les vers de terre circulent aisément et contribuent à l'entretien des propriétés du sol.

 

Les réserves d'eau en profondeur sont alimentées :

Le sol aéré limite le ruissellement des pluies importantes ; une meilleure infiltration de l'eau permet de constituer des réserves qui profiteront à la vigne.